Articles - Déplacez-vous

La Manche surfe sur l’hydrogène


La Tesla est la voiture électrique qui propose la plus importante autonomie aujourd'hui. Crédit photo : R. C.
La Tesla est la voiture électrique qui propose la plus importante autonomie aujourd'hui. Crédit photo : R. C.



La Manche est à la pointe du progrès automobile. Dans ce petit coin de Normandie, on roule à l’hydrogène depuis 2015.

La Manche est à la pointe du progrès automobile. Dans ce petit coin de Normandie, on roule à l’hydrogène depuis 2015. C’est à Saint-Lô, préfecture de la Manche, qu’a vue le jour la première station de recharge. Elle était destinée à approvisionner cinq véhicules H2, des Renault Kangoo. C’était une première en France.

Rouler propre



C’était sans compter sur la motivation des élus à aller plus loin pour rouler propre, et sur la mer, à proximité, pour produire de l’hydrogène par électrolyse grâce à l’énergie éolienne. Depuis le déploiement de la première station Manchoise, un pas a été franchi. Une dix-huitième devrait entrer en service d’ici à la fin 2018. Les stations sont dispatchées entre Saint-Lô, Cherbourg et Avranches. Le département compte aujourd’hui treize Renault Kangoo à pile hydrogène et cinq Hyundai ix35. Même les pompiers sont équipés. Des vélos à assistance électrique, équipés de pile à hydrogène, sont également testés.

un fer-de-lance



La Manche affiche sa volonté de rouler aux énergies propres. Lorsqu’il est question de changer un véhicule thermique, l’idée de le remplacer par un à l’hydrogène est systématiquement avancée. Un projet de déploiement de bus à hydrogène est aussi dans les cartons. La mobilité électrique et hybride n’est pas en reste chez les hauts normands. Elle est même arrivée, et avec elle presque cent trente bornes de recharges.

Reste que ce qui intéresse surtout les élus manchois, c’est l’hydrogène. Le département se veut un fer-de-lance dans le domaine. Il prête des véhicules à d’autres collectivités ou à des entreprises pour qu’elles découvrent et évaluent l’intérêt d’en acquérir. Le choix de l’hydrogène est comme souvent motivé par le fait que ce gaz ne limite pas les déplacements, comme peuvent les restreindre les trajets avec des voitures électriques. Le plein d’une auto à hydrogène se fait en cinq minutes, quand il en faut trente pour effectuer une demi-charge de batterie d’un véhicule électrique. Ne parlons pas de l’autonomie : elle est de sept cents kilopètres pour une automobile à hydrogène. Elle est de deux fois moins pour une Zoé ou une Nissan Leaf, un peu plus généreuse pour une Tesla.

En Manche, on est comme partout ailleurs sur le territoire, bloqué par l’acquisition des véhicules à hydrogène. Contrairement aux autos électriques, celles à hydrogène ne s’acquièrent pas par un leasing. Des solutions sont à l’étude pour remédier au problème.

Cette chronique est diffusée tous les jeudis matin à 08H50 par Naturoprod et Ecolodio. Si vous aussi vous souhaitez diffuser cette chronique, inscrivez votre radio ici. Pour toute question : contactez-moi.