Articles - Déplacez-vous

La voiture autonome franchit une nouvelle étape en France


Les tests se feront en plusieurs étapes. Crédit photo : Elonore H./Fotolia
Les tests se feront en plusieurs étapes. Crédit photo : Elonore H./Fotolia



La voiture autonome franchit une nouvelle étape en France. Elle pourra être essayée sur nos routes l’année prochaine.

La voiture autonome franchit une nouvelle étape en France. Elle pourra être essayée sur nos routes l’année prochaine. Et y rouler, comme n’importe quel autre véhicule, dès 2020. C’est ce qu’indique le dernier rapport présenté par Anne-Marie Idrac, la haute responsable pour la stratégie nationale du développement des véhicules autonomes.

Il n’y a pas de temps à perdre. La course à l’innovation est ouverte entre tous les acteurs qui se sont lancés dans la filière du véhicule autonome, américains et chinois en tête. Ce qui pouvait apparaître comme de la science-fiction, il n’y a encore pas si longtemps, arrive à grand pas. Y compris en France.

L’actuel gouvernement entend bien favoriser l’émergence des véhicules autonomes. Pas de panique : ce n’est pas demain que l’on verra des voitures filer sans chauffeur dans la circulation. Il y a encore des obstacles à franchir, au rang desquels on trouve la fiabilité et la sécurité. Mais surtout la confiance : beaucoup de gens doutent encore de cette technologie.

De niveau trois, puis quatre



En France, l’autorisation de rouler sera d’abord de niveau trois. C’est-à-dire que le conducteur devra pouvoir reprendre la main à tout moment sur son engin. Cette autorisation s’appliquera sur toutes nos routes. Elle passera ensuite au niveau quatre, à partir de 2022. Les véhicules pourront rouler en totale autonomie, mais seulement sur les autoroutes.

Avant que ces expérimentations aient lieu, il faudra que la loi PACTE, autrement dit le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises, soit votée. Elle devrait l’être d’ici à la fin de l’année. Autre point important : la responsabilité, notamment en cas d’accident. Elle sera endossée par les porteurs des projets. Voilà qui devrait rassurer les plus inquiets.

Difficile à prédire



Avec l’arrivée des véhicules autonomes, se posera une fois de plus la question de la place de la voiture dans l’offre de mobilité, particulièrement là où il y a peu ou pas de transports collectifs. Certains s’interrogent aussi sur les conséquences sur l’emploi. Les véhicules autonomes ne pourront-ils pas à terme supprimer les chauffeurs de taxis et de bus ?

Il est difficile à prédire quand nos villes feront rouler des véhicules autonomes dans leurs flots de circulations. On est très prudent du côté du gouvernement. On tire expérience des écueils passés. Il faut favoriser l’innovation, sans promettre d’étape finale pour ne pas décevoir.

Cette chronique est diffusée tous les jeudis matin à 08H50 par Naturoprod et Ecolodio. Si vous aussi vous souhaitez diffuser cette chronique, inscrivez votre radio ici. Pour toute question : contactez-moi.